Flémagite aigüe

, par  Laurent , popularité : 10%

Fin novembre, début décembre, c’est plutôt la phase cocooning qui l’emporte. Les jours sont maussades et donnent l’impression de ne durer que deux heures. Dehors, il fait froid et à l’intérieur bien chaud. Ainsi, rien de mieux à faire que de rester dans son canap’ avec une tasse de thé brûlant. Et comme disait le chanteur d’un groupe célèbre : « Dans son canap’ on est bien ».

Tout ça pour expliquer qu’il faut que je me face violence pour remplir quelques lignes sur mon blog, alors que c’est si facile d’ouvrir un bouquin ou de tirer le tiroir du lecteur DVD pour y glisser une de ces précieuses galettes argentées.

D’où ma flémagite aigüe qui fait que je n’ai rien ajouté sur mon blog depuis plus de 15 jours. Alors que sincèrement, il y a plein de sujet qu’il me brûle d’aborder : la fin des blogs, la folie Facebook, les grèves SNCF, les émeutes en banlieue, les soirées crêpes ou raclettes entre copains...

Ainsi donc, ci-dessous je vous propose tout de même le service minimum pour un article.

Blogs et Facebook

Peut-être est-ce l’ambiance d’automne qui fait qu’en ce moment plein de blogs rendent l’âme. Beaucoup de rédacteurs de blogs reconnus jettent l’éponge et décident de fermer boutique. Non, je vous rassure, mon narcissisme n’est pas près de s’arrêter et je resterais encore longtemps à abreuver la Toile de mon improbable discours de sortie de bistro.

JPEG -

Mais la mode est passée. Les blogs, c’est fini, on passe à autre chose. Car le web 2.00 poursuit sa lente évolution et c’est maintenant le tour de Facebook, la nouvelle génération de réseaux sociaux de faire des émules. Avec un système de propagation de type viral, Facebook vous fait rentrer trop facilement dans son escarcelle. Plus fort que Copain d’avant qui vient de passer à un modèle totalement gratuit pour supporter la concurrence du site américain, Facebook ratatine tous ces concurrents : MySpace, LiveSpace, Twitter...

Car attention ! Avec Facebook, votre réseau d’ami reste toujours en contact avec vous quoi que vous fassiez. Même si jusqu’à présent vous les ignoriez tranquillement et ne les appeliez jamais au téléphone. Maintenant, si vous achetez le moindre truc dans la boutique partenaire, toute votre liste d’ami est au courant ! Sympa non ? Comme ce père britannique qui achète la surprise ultime comme cadeau de Noël pour son fils et s’aperçoit le lendemain que toute sa liste de contact (dont son fils et une partie des copains de son fils) sont au courant de son achat. Et hop ! Un premier procès contre Facebook.

Avec Facebook, vous affichez votre intimité et votre vie de tous les jours à la face du monde ! Voici une anecdote : un jeune homme remplit sa fiche Facebook. Dans ses contacts il voit sa petite amie et décide de cliquer sur la case "fiancée" pour définir son degré d’affinité avec cette personne. Dans la même seconde, tous les "amis" Facebook ainsi que la fiancée de ce jeune homme reçoivent un message du type : “Thomas est fiancé avec Thuy-Tien”. Mais le jeune homme ne le sait pas. Dans le même temps, le jeune amoureux se ravise et pense que l’information qu’il dévoile sur son profil est trop intime. Ainsi il décide donc de décocher la case "fiancée", envoyant automatique et sans le savoir le message : “Thomas n’est plus fiancé avec Thuy-Tien” à toute sa liste de contact, sa fiancée incluse. Imaginez le drame et la scène de ménage qui fît suite à cet épisode.

Donc, méfiez vous de Facebook. Mais non uniquement pour les raisons évoquées ci-dessus. Jadis, on a reproché à grands cris à Google de proposer des publicités ciblées en fonction du contenu des messages échangés dans Gmail ou dans Google Groups. Tout ceci n’est rien comparé à Facebook. Car le modèle économique de Facebook est basé sur les informations privées que vous allez laisser volontairement sur le site. Celles-ci sont revendues à des organismes tiers dont le but est d’étudier vos modes de consommation et de vous proposer leurs service. Le siège de Facebook n’est pas en France et inaccessible au contrôle de la CNIL. Facebook est d’autant plus dangereux pour nos libertés publiques, car il est de notoriété publique que la start-up qui l’a lancé a été financée par une société de Capital-Risque émanant de la CIA.

Donc, vous l’aurez compris : Facebook ne passera pas par moi !

Inutile de m’envoyez vos propositions "d’amitié".

Autres sujets

Au sujet des émeutes en banlieue, je ne peux que vous renvoyez à mes précédents article sur celles de 2005 : Celui-là et celui-ci. Mais aussi, j’aimerais vous faire écouter ce morceau que j’aime bien :

Au sujet des grèves, je ne me contenterais de renvoyer à ces blogs :

- Le Monolecte : c’est la grève au village
- Le Yéti : l’usager en colère
- Le Monolecte : retour à la normale

Mais surtout :

- Arrêt sur Images

GIF -
Everland